Le film Las Vegas 21 est-il réaliste ?

las vegas 21
5/5 - (1 vote)

Avez-vous déjà vu le film Las Vegas 21? Les amateurs de casino, ou d’histoires basées sur des faits réels, adorent ce grand classique hollywoodien, dans lequel on retrouve notamment le célèbre acteur Kevin Spacey. Néanmoins, ce film n’est pas aussi fidèle à la réalité qu’il aimerait le faire penser. Voici une petite démythification de certains faits que ses scénaristes ont considérablement “adaptés” au grand écran, et qu’il ne faut donc pas tenter de reproduire chez soi, si jamais l’idée vous venait de commencer à compter les cartes…  

las vegas 21 réaliste

Une intelligence hors du commun n’est pas nécessaire pour apprendre à compter les cartes 

Le film adore insister sur le fait que Ben Campbell, personnage principal, élève au MIT et ayant eu un score au SAT de 1 590 points est un petit génie. Et qu’une telle intelligence est absolument nécessaire pour compter les cartes au black jack. 

Mais compter les cartes est loin d’être aussi difficile. Les raisons pour lesquelles la plupart des gens ne comptent pas les cartes ont peu à voir avec la difficulté et plus à voir avec d’autres facteurs, tels que : 

  • La perception faussée de la complexité : Même si le comptage de cartes n’est pas si difficile, la plupart d’entre nous pensons que c’est hors de notre portée. Raison pour laquelle nous ne prenons pas la peine d’essayer.
  • La paresse : nous ne prenons tout simplement pas la peine d’apprendre cette nouvelle compétence.
  • La flemme : La plupart des personnes qui se rendent dans un casino y vont pour jouer et passer un bon moment. Mais compter les cartes monopolise l’esprit et nuit considérablement à la qualité de l’expérience.
  • Le manque de rentabilité : Comme le dit un célèbre dicton : « Il faut de l’argent pour gagner de l’argent. Des spécialistes ont estimé qu’il faudrait investir au moins 25 000 euros pour gagner seulement 20 euros de l’heure en comptant les cartes.  

Les compteurs ne gagnent pas toujours.

Les compteurs ne gagnent pas à chaque partie, ni même à chaque visite au casino, ni même chaque mois. L’avantage dû compter sur la maison est en effet relativement faible, et plus proche que des probabilités d’un simple tirage au sort qu’autre chose. 

Un compteur gagnera sur le long terme (en supposant qu’il ne fasse pas faillite avant que sa pratique ne devienne rentable). Mais à court terme, tout peut arriver. La représentation du film des gains exceptionnels de sa bande de héros est donc tout simplement irréaliste. Les véritables compteurs dont le film s’est inspiré confirment qu’ils ne gagnaient pas à tous les coups. Et qu’ils ont même dû encaisser plusieurs mois de perte avant de commencer à engendrer des gains conséquents. 

Les gains des personnages du film sont exagérés 

Dans le film, Ben gagne 315 000 $ en moins d’un an, mais les véritables gains des compteurs du MIT étaient d’environ 25 000 $/an. Le film prétend également que l’argent a été partagé à 50% avec “Micky Rosa” (le professeur, le reste étant divisé entre les cinq joueurs, ce qui signifierait qu’ils ont gagné 3,15 millions de dollars au total cette année-là. 

Mais en réalité, l’équipe n’a gagné que 10 millions de dollars sur une période de vingt ans, soit 500 000 $/an. Certaines années étaient meilleures que d’autres, bien sûr. Mike Aponte prétend par exemple avoir réussi à gagner 500 000 $ en un seul week-end dans un entretien accordé à la presse. 

Le calendrier d’apprentissage n’est pas réaliste

Dans le film, il faut (vraisemblablement) des semaines d’entraînement avant que Ben sache comment le jeu en équipe fonctionne. En réalité, apprendre à compter les cartes ne demande pas plus d’une quinzaine de minutes. De même, nous sommes censés croire qu’après toute cette formation, lorsque Ben arrive au casino, il ignore qu’il n’est pas censé toucher ses cartes. 

Lorsque nous l’entendons compter les cartes dans sa tête au casino, il le fait également à un rythme glacial, non seulement indigne d’un universitaire, mais de quiconque a une connaissance pratique du comptage. Bien sûr, le rythme plus lent de la scène fonctionne mieux au cinéma et permet au spectateur de se mettre progressivement dans la tête de son personnage principal. 

La surveillance des casinos est nettement plus réactive 

Le film montre également un directeur de casino incrédule à l’idée que l’une des personnes chargées de la surveillance privée qu’il a embauchée puisse compter les cartes. Ce qui est idiot, parce que c’est l’une des compétences requises dans cette profession…

Beaucoup de joueurs et de gérants de casino peuvent également compter. Si la capacité de compter était vraiment si rare parmi les employés de casino, alors les compteurs de cartes ne se feraient jamais prendre. En fait, la principale difficulté du comptage des cartes n’est pas le comptage proprement dit, mais plutôt de ne pas se faire prendre… 

Laisser un commentaire