Des missiles frappent près de l’ambassade américaine à Bagdad

Plusieurs missiles ont frappé près de l’ambassade américaine à Bagdad pendant la nuit.

Dans la nuit de dimanche (16.02.2020), plusieurs missiles ont frappé la « zone verte » dans la capitale irakienne, Bagdad. Outre le quartier gouvernemental hautement sécurisé, on y trouve également de nombreuses ambassades étrangères. Selon l’armée américaine, il n’y a ni morts ni blessés. « Pas de victimes, l’enquête continue », a twitté un porte-parole militaire américain.

Les autorités de sécurité irakiennes ont déclaré que trois ou quatre missiles avaient frappé le district gouvernemental. L’un d’entre eux avait frappé et endommagé un bâtiment des unités de mobilisation du peuple d’Al-Haj al-Shaabi. Au départ, personne n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque. Le site d’information Al-Sumaria a rapporté que les forces de sécurité avaient découvert une rampe de lancement mobile.

Rapport initial du dimanche 16 février 2020, 9h16 : Bagdad – Selon les informations des milieux militaires américains, plusieurs missiles ont frappé près de l’ambassade américaine dans la capitale irakienne Bagdad dans la nuit de dimanche à dimanche (16 février 2020). On ne sait toujours pas combien de missiles ont été tirés et quelles cibles ont été touchées. Il n’y a eu aucun rapport de victimes ou de dommages. Les journalistes de l’agence de presse AFP ont rapporté plusieurs détonations fortes dans le quartier où se trouvent la plupart des ambassades.

Des sirènes d’alerte se faisaient entendre dans la zone dite verte de Bagdad. Les reporters de l’AFP ont également signalé qu’un ou plusieurs avions tournaient au-dessus du district. Il s’agissait déjà de la 19ème attaque sur des cibles américaines en Irak depuis la fin du mois d’octobre.

Des missiles frappent près de l’ambassade américaine à Bagdad : la milice Harakat-al-Nujaba menace les troupes américaines avant l’attaque
Dans le passé, le gouvernement américain avait accusé les milices pro-iraniennes Hashed-al-Shaabi d’être responsables des attaques dans la zone verte. Mais jusqu’à présent, les milices n’ont jamais admis les attaques.

Quelques heures avant la dernière attaque de la nuit dernière, la milice radicale pro-iranienne Harakat-al-Nujaba, qui fait partie de l’alliance al-Shaabi, avait annoncé un « compte à rebours » jusqu’à ce que les troupes américaines soient chassées du pays. Sur le service en ligne Twitter, la milice aurait posté une photo d’un véhicule militaire américain et aurait écrit : « Nous sommes plus proches que vous ne le pensez ».

La situation dans la région s’est aggravée : Des missiles ont été tirés près de l’ambassade américaine à Bagdad
La situation dans la région s’est aggravée fin décembre lorsqu’un citoyen américain a été tué dans des attaques à la roquette dans le nord de l’Irak. En réponse, deux jours plus tard, les États-Unis ont lancé des frappes aériennes contre les milices pro-iraniennes, tuant au moins 25 combattants. Puis, début janvier, les États-Unis ont lancé une attaque de drones en Irak, tuant notamment le général iranien Kassem Soleimani et le chef de la milice irakienne Abu Mehdi al-Muhandis.

Les milices de Hashed-al-Shaabi alliées à l’Iran ont menacé de représailles massives pour le meurtre des deux hommes. Après l’attaque, non seulement les tensions entre Washington et Téhéran se sont intensifiées. Les relations entre les États-Unis et l’Irak étaient également très tendues. Peu après l’assassinat de Soleimani, le parlement irakien a exigé le retrait de toutes les troupes américaines et autres forces étrangères du pays.

source : fr.de

Alex Devaux

Journaliste indépendant et passionné de web, de nouvelles technologies, de sport et de voyage, je partage des bons plans, des infos pratiques et des astuces pour se simplifier la vie au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *