Comment bien conduire sur la neige ?

Si vous habitez là où la neige tombe, vous avez sûrement vu des conducteurs trop sûrs d’eux glisser sur une route enneigée et vous vous êtes certainement demandé si – et peut-être même espéré secrètement – ils allaient finir dans un fossé. Qu’ils l’aient fait ou non, une chose est sûre : vous ne voulez pas être à leur place.

Et vous ne le serez certainement pas si vous suivez les 10 conseils de cet article. Des années de conduite et d’essai de voitures (et de pneus hiver) dans des conditions hivernales nous ont appris qu’en suivant ces dix règles simples de conduite, vous augmenterez considérablement vos chances d’arriver à destination sereinement, confortablement et surtout en un seul morceau.

1. Conduisez en douceur

La clé d’une conduite sécuritaire dans la neige, c’est la douceur de votre tenue du volant, de vos accélérations et de votre freinage. Pourquoi ? Les mouvements saccadés des roues peuvent facilement décoller les pneus ce qui fera que vous perdrez de votre adhérence… Ce qui n’est pas souhaitable sur une chaussée glissante. Grosso modo, chaque tour de roue, chaque coup de frein et chaque coup d’accélérateur doivent être délibérés, doux et graduels. Faites comme s’il y avait une tasse de café brûlant sur vos genoux et conduisez pour ne pas la renverser.

2. Regardez loin devant vous

Plus la route devient glissante, plus vous devez voir loin et anticiper. Prévoyez ce que vous devrez faire à l’avance. Ralentissez bien avant les virages. Vous doublez la distance de sécurité lorsque la route est mouillée ? Triplez-la sur la neige et encore plus sur la glace. Conduire prudemment et en toute sécurité demande une concentration supplémentaire.

3. Tenez compte des voyants clignotants

Quelle traction avez-vous réellement sur une route enneigée ? Une façon de le savoir avant d’avoir des ennuis, c’est de comprendre ce que signifie un petit voyant orange clignotant sur votre tableau de bord. Si vous accélérez en ligne droite et que ce témoin clignote, c’est le système de contrôle de stabilité qui vous avertit que les roues qui entraînent la voiture glissent. Tenez-en compte. Et allez-y doucement sur l’accélérateur pour que les pneus reprennent leur adhérence.

Si vous faites demi-tour et voyez un voyant orange clignotant, c’est aussi le système de contrôle de stabilité qui vous avertit que la voiture commence à déraper par rapport à votre trajectoire prévue. Encore une fois, relâchez l’accélérateur jusqu’à ce que vous n’appuyiez plus sur l’accélérateur, ce qui permet à la voiture de regagner de l’adhérence. Et n’accélérez pas trop fort dans les virages serrés, ou dans les rues enneigées de la ville où vous êtes. Relâchez toujours la pédale d’accélérateur pour quand son utilisation n’est pas nécessaire.

voiture rouge

4. Regardez où vous voulez aller !

Si vous sentez que votre voiture commence à déraper, regardez où vous voulez aller – pas où la voiture se dirige à ce moment précis. Laissez votre vision périphérique s’occuper de tout ce que vous essayez d’éviter. Les pilotes de course savent que vous vous retrouvez presque toujours là où vous regardez ; c’est l’une des raisons pour lesquelles ils sont si doués pour se remettre des dérapages.

5. Faire face aux dérapages

Tôt ou tard, vous vous retrouverez sur une chaussée glissante et vous sentirez un grand malaise dans tout votre corps lorsque votre voiture commencera à glisser loin de la direction dans laquelle vous vouliez vous diriger. Les dérapages, même les plus importants, peuvent être gérés, et vous pouvez reprendre le contrôle sur votre voiture en très peu de temps. D’abord, ne paniquez pas et ne freinez pas d’un coup sec ! Faites plutôt ce qui suit :

Pour un dérapage des roues avant – où les pneus avant perdent de l’adhérence et où la voiture tourne en arc de cercle plus large que vous ne le pensiez – relâchez l’accélérateur. En une seconde ou deux, les pneus avant devraient reprendre de l’adhérence. Ensuite, visez l’endroit où vous voulez aller à mesure que votre traction revient.

Pour un dérapage des roues arrière – où les pneus arrière perdent de l’adhérence et où vous sentez que vous commencez à patiner, tournez rapidement le volant dans la même direction que l’arrière glisse. Si, par exemple, l’arrière pivote vers la gauche, tournez le volant vers la gauche. Relâchez l’accélérateur et ne freinez pas. Au fur et à mesure que les roues arrière reprennent de l’adhérence, revenez dans la direction d’origine.

Quel que soit le type de dérapage que vous rencontrez, assurez-vous de garder vos roues pointées dans la direction que vous voulez prendre. Et vous pouvez doucement (rappelez-vous le point numéro un) utiliser vos freins si vous pensez pouvoir récupérer sans rien heurter. Si un choc est imminent, n’ayez pas peur de vous tenir sur la pédale de frein comme décrit au point numéro six.

6. Utilisez vos freins antiblocage (ABS)

Si la situation est hors de contrôle et que vous devez vous arrêter le plus rapidement possible dans la neige ou sur la glace, il est temps d’engager l’aide du système antiblocage des freins (ABS) de votre voiture. Tous les nouveaux véhicules sur la route aujourd’hui sont équipés de freins antiblocage, qui utilisent un ordinateur de bord pour optimiser le freinage de la voiture dans des conditions extrêmes. Si vous êtes en plein dérapage que vous ne pouvez pas rectifier ou si vous devez éviter un obstacle – et que votre véhicule est équipé d’un système ABS – appuyez fortement sur la pédale de frein et ne lâchez pas. L’ordinateur fera le reste, en maintenant le freinage de chaque roue de façon aussi forte que possible en fonction de la traction disponible.

Ce qu’il y a d’étonnant avec les systèmes ABS, c’est que vous pouvez maintenir la pédale de frein complètement enfoncée tout en contournant les obstacles ; l’ordinateur ajustera la force de freinage à chaque roue pour vous permettre de manœuvrer tout en ralentissant simultanément. Donc, en cas d’urgence, ne vous contentez pas de bloquer les freins, continuez à manoeuvrer !

Aucun système de sécurité ne peut vous assurer d’éviter tous les accidents, mais les freins antiblocage ont sans aucun doute sauvé de nombreux conducteurs de la catastrophe. Remarque : la plupart des systèmes ABS font trembler la pédale de frein lorsqu’ils s’activent pour vous faire savoir qu’ils fonctionnent, alors ne soulevez pas les freins lorsque vous sentez cette vibration ; c’est parfaitement normal.

retroviseur

7. Évaluez constamment votre traction

Au cours de presque n’importe quel trajet sur la neige, votre traction disponible fluctuera en fonction de l’évolution des conditions routières et météorologiques tout au long de votre parcours. En plus des témoins lumineux des systèmes antipatinage et de contrôle de stabilité, votre système antiblocage peut vous aider à évaluer l’adhérence de votre véhicule sur les routes enneigées. Voici comment faire : Assurez-vous qu’il n’y a pas de voiture près de vous, puis serrez doucement les freins pendant une seconde ou deux en conduisant en ligne droite. Si vous sentez la pédale de frein claquer sous vos pieds, mais que vous détectez une décélération minimale, le système ABS s’est activé, et vous pouvez être assuré que la route sous vos pneus est très glissante. Si vous pouvez ralentir à un rythme raisonnable sans activer l’ABS, vous êtes sur une surface plus adhérente. Encore une fois, assurez-vous qu’il n’y a pas d’autres voitures autour de vous qui seront gênées par votre ralentissement inattendu. Certains systèmes antiblocage des freins clignotent également d’un petit voyant orange sur le tableau de bord pendant que l’ABS fonctionne, ce qui peut être un autre indice d’une faible adhérence lorsque vous effectuez un essai de freinage.

8. Attention aux quatre roues motrices

Les véhicules à traction intégrale ou à quatre roues motrices peuvent vous donner un faux sentiment de sécurité sur les routes glissantes. Ils envoient leur puissance aux quatre roues plutôt qu’aux deux, ce qui, sur les surfaces glissantes, permet des accélérations impressionnantes et sans dérapage, surtout au repos, ce qui peut donner l’impression d’avoir beaucoup plus de traction que vous n’en avez réellement. Ne vous y trompez pas, ces systèmes n’améliorent en rien la capacité de votre véhicule à tourner ou à s’arrêter par temps enneigé, alors attendez-vous à ce qu’il se comporte comme tout autre véhicule « normal » lorsque vous appuyez sur la pédale de frein ou tournez le volant. Si vous voulez évaluer votre traction, vous pouvez utiliser la technique décrite à l’étape précédente.

9. Pneus d’hiver en bon état

Techniquement, ce n’est pas un conseil de conduite, c’est un conseil de survie. En effet, l’installation d’un jeu de quatre pneus d’hiver (plus communément appelés « pneus neige ») est en fait la meilleure chose que vous puissiez faire pour améliorer votre marge de sécurité et réduire votre niveau d’anxiété sur ces terribles routes couvertes de neige. Des pneus d’hiver appropriés procurent beaucoup plus de traction dans la neige, la neige fondue et la glace que même les meilleurs pneus toutes saisons. 

10. Soyez vigilant et pensez sécurité

Beaucoup d’entre-nous utilisons le GPS de notre téléphone en voiture. Sachez que l’utilisation d’un smartphone au volant augmente de façon considérable le risque d’avoir un accident de la route – et encore plus quand il s’agit de conduire sur la neige. Pour vous éviter de détourner le regard de la route lorsque vous conduisez, l’utilisation d’un support de téléphone est conseillée.

Alex Devaux

Journaliste indépendant et passionné de web, de nouvelles technologies, de sport et de voyage, je partage des bons plans, des infos pratiques et des astuces pour se simplifier la vie au quotidien.

2 pensées sur “Comment bien conduire sur la neige ?

  • 25 décembre 2019 à 15 h 27 min
    Permalink

    Article bien utile en ce moment 🙂

    Répondre
  • 27 décembre 2019 à 0 h 36 min
    Permalink

    Oui en même temps avec le dérèglement climatique, la neige c’est plus trop ça 😀

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *