Quelles mesures pour permettre aux start-ups de faire face à la crise du Coronavirus ?

économie

Si les grandes entreprises ont souvent des avances de trésorerie considérables pour faire face aux temps difficiles, les start-ups, elles, ne sont pas logées à la même enseigne. SI leur grande force est de posséder une grande souplesse en termes de structure et d’adaptation, leur tendon d’Achille est souvent la capacité d’autofinancement.  Pour les aider à surmonter la crise du Covid-19, le gouvernement a mis en place un ensemble de mesures destinées à les aider à franchir ce cap délicat.

Toutes les mesures d’aides pour les start-ups

Si vous suivez l’actualité des start-ups, sur des hubs dédiés (comme par exemple https://www.neoproduits.com/category/startups/), vous savez que la plupart de celles-ci ont adoptées le télétravail. Mais, si vous êtes vous-mêmes à la tête d’une start-up, vous ne savez peut-être pas les mesures mises en place pour vous accompagner financièrement.

La première mesure annoncée dans l’actualité des start-ups pour leur venir en aide est le report des cotisations sociales, et des échéances fiscales. Ces mesures ont été mises en place par la DGFIP et l’Urssaf pour permettre aux petites structures d’avoir  des remises exceptionnelles sur les majorations et pénalités de retard, ainsi que des remises d’impôts. Les demandes sont à faire de manière simple sur le site de l’administration fiscale.

Parmi les autres mesures phares, la possibilité de recourir à un service de méditation des entreprises est une voie à ne pas négliger. Elle va vous permettre en effet de pouvoir récupérer des créances auprès de vos clients et fournisseurs. Le médiateur peut lui vous aider à renégocier vos échéances avec les banques, ou obtenir un crédit en cas de refus.

La mesure phare : la demande d’activité partielle

Que cela soit dans l’actualité des start-ups ou des plus grandes entreprises, la mesure de demande d’activité partielle reste au cœur du dispositif d’accompagnement. Pour en faire la demande, il vous suffit d’aller sur le site dédié de l’administration fiscale. Le gouvernement s’est en effet engagé à prendre en charge intégralement  l’indemnisation de certains salariés. Mme Penicaud a d’ailleurs affirmé que l’état prendrait en charge l’indemnisation des salariés à 100%.

Pour relancer l’économie de la « start-up nation », ce ne sont pas moins de 4 milliards d’euros qui seront mis sur la table par l’état. L’actualité des  start-ups au niveau de la crise, c’est aussi l’investissement de l’état sous la forme d’obligations convertibles dans les start-ups, à  hauteur de 80 millions d’euros, pour pouvoir leur apporter du cash assez rapidement. Cette mesure est financée par le programme investissement d’avenir (Pia), à compter que les Vcs abondent à hauteur de la même somme.

Des outils divers pour aider les start-uppers

Outre les mesures fiscales mentionnées ci-dessus, de nombreuses structures ont fait parler d’elles dans l’actualité des start-ups, pour leur venir en aide. France Digitale met par exemple à disposition sa liste d’outils à leur disposition : fiches pratiques, contacts, liste de start-ups utiles …Le Hub de BPI France à quand à lui constitué une base de données regroupant les aides à disposition des entreprises.

Les jeunes fleurons de l’industrie Française sont donc bien épaulés.

Laisser un commentaire