Personnalise à l'infinie ta manette PS4

Comment tester la qualité de l’air à la maison ?

capteur d4air intérieur

La qualité de l’air que vous respirez peut contribuer à des problèmes de santé comme l’asthme et les allergies. Et ce n’est pas seulement la qualité de l’air extérieur qui nous expose aux polluants. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 9 personnes sur 10 dans le monde respirent régulièrement de l’air pollué. Et jusqu’à 93 % des enfants de moins de 18 ans vivent dans des environnements où les concentrations de pollution dépassent les recommandations de l’OMS en matière de qualité de l’air.

Vous ne pouvez pas toujours contrôler la pollution extérieure, mais vous pouvez assurer une meilleure santé à votre famille en améliorant la qualité de l’air intérieur. Cela commence par l’identification des niveaux de contaminants intérieurs et la recherche de moyens pour rétablir un air de qualité.

Suivez les étapes suivantes pour créer un environnement intérieur plus sain où toute votre famille respire un peu plus facilement.

  • Achetez un appareil de mesure de la qualité de l’air intérieur.
  • Évaluez les symptômes de santé.
  • Surveillez les niveaux de monoxyde de carbone et de radon.
  • Procurez-vous un purificateur d’air.
  • Appelez un professionnel de la qualité de l’air.

Acheter un appareil de mesure de la qualité de l’air intérieur

Si vous ressentez des symptômes que vous pensez être liés à la qualité de l’air intérieur, l’achat d’un appareil de contrôle de la qualité de l’air est un moyen peu coûteux de localiser le problème. En surveillant les niveaux de pollution de l’air intérieur, vous pouvez prendre des mesures pour ramener de l’air frais dans votre maison et, avec un peu de chance, retrouver la tranquillité d’esprit.

Quels sont les contaminants ou polluants qu’un détecteur de qualité de l’air doit mesurer ?

émissions air intérieur

Recherchez des capteurs de qualité de l’air qui fournissent les mesures de qualité de l’air suivantes.

  • Humidité : indique le potentiel de développement de moisissures.
  • Température :
  • COV (composés organiques volatils) : Ce sont des polluants chimiques identifiés par l’EPA comme des sources potentielles de problèmes de qualité de l’air intérieur et proviennent des matériaux de construction, des moquettes, etc.
  • Niveaux de matières particulaires (PM 2.5) : Il s’agit du niveau de poussière et d’autres allergènes présents dans l’air.
  • IQA (indice de qualité de l’air) : Une mesure de la qualité de l’air que l’EPA utilise pour déterminer le risque de problèmes de santé liés à la pollution intérieure et extérieure.

Certains moniteurs de qualité de l’air fournissent des informations supplémentaires, comme la qualité de l’air extérieur et les niveaux de dioxyde de carbone ou de monoxyde de carbone. Certains appareils de surveillance de la qualité de l’air fournissent des informations supplémentaires, comme la qualité de l’air extérieur et les niveaux de dioxyde de carbone ou de monoxyde de carbone.

Apprenez à tester la qualité de votre air intérieur pour économiser du temps et de l’argent sur le traitement de l’air.

L’air intérieur peut être jusqu’à 5 fois plus pollué que l’air extérieur. Un purificateur d’air peut certainement s’attaquer à certains des fauteurs de troubles évidents comme le pollen et la poussière. Mais vous ne faites qu’effleurer le problème si vous n’identifiez pas exactement ce qui peut se cacher dans l’air que vous respirez.

La qualité de l’air peut être affectée par de nombreux polluants différents que de nombreux purificateurs d’air ne peuvent pas traiter. De plus, les polluants varient beaucoup en fonction de l’endroit où vous vivez et de votre mode de vie.

La pollution atmosphérique tue environ 7 millions de personnes dans le monde chaque année, selon l’OMS.

Les propriétaires d’animaux de compagnie, par exemple, auront probablement beaucoup plus de poils et de squames à traiter que les autres. Les habitants des climats humides risquent d’être exposés aux moisissures. Les fumeurs devront faire face aux polluants du tabac.

Pour vous épargner du temps et de l’argent, et peut-être même des frais médicaux, il est sage d’identifier ce qui embrouille votre air avant de tenter de l’assainir.

Moyens de tester la qualité de l’air

Les tests de qualité de l’air peuvent être effectués par un professionnel ou par vous-même. L’avantage des tests à faire soi-même est le prix, mais vous sacrifiez une certaine précision. C’est un peu comme les tests à domicile pour le cancer du côlon ou les auto-examens des seins. Ils peuvent vous alerter sur des problèmes potentiels. Cependant, pour un diagnostic vraiment précis, il est nécessaire de consulter un médecin pour des tests plus complets et plus sensibles.

Considérez vos tests de qualité de l’air bricolés comme un dépistage préliminaire. Si vous trouvez quelque chose d’anormal, en particulier si c’est très inhabituel, la prochaine étape est de faire appel à un professionnel pour des tests plus poussés.

Pour les cas légers à modérés, vous pouvez vous en sortir avec des tests bricolés, puis un traitement bricolé, mais cela dépend totalement de la situation et du ou des polluants concernés.

Savoir ce qu’il faut tester

Il existe 3 grands types de polluants qui peuvent affecter la qualité de votre air.

  • Biologiques : dérivés d’autres organismes vivants, comme le pollen, les acariens, les moisissures, etc.
  • Chimique – Comprend les COV (composés organiques volatils) qui n’ont souvent aucune indication physique ou provoquent des symptômes immédiats. Ex : formaldéhyde, plomb, radon.
  • Combustion – Le monoxyde de carbone est un élément important de cette catégorie, mais aussi la fumée de tabac et tout autre sous-produit de combustion.

Décomposons ces polluants en termes de moyens spécifiques pour les identifier et de ce qu’il faut faire une fois que vous les avez trouvés.

Les polluants biologiques de l’air

Les personnes sensibles aux moisissures peuvent souffrir de congestion nasale, de maux de gorge, de toux, d’irritation des yeux et de crises d’asthme. Même les personnes en bonne santé peuvent présenter des symptômes respiratoires s’il y a suffisamment de moisissures dans l’environnement.

La première méthode pour détecter la présence de moisissures est de suivre votre nez. Si vous sentez une odeur de moisi, vous avez de la moisissure quelque part. Là, aucun autre test n’est nécessaire. Trouvez simplement la source et faites ce qu’il faut pour éliminer le problème. Cela peut nécessiter un simple nettoyage à l’eau de Javel ou des mesures plus radicales comme le remplacement des murs, du carrelage ou de la moquette.

Ensuite, prenez des mesures pour empêcher la repousse, comme un déshumidificateur, une meilleure circulation de l’air, la réparation des fuites d’eau, l’isolation thermique, etc.

Les moisissures et les acariens sont l’une des principales sources de pollution biologique intérieure.

Il est répugnant de penser au nombre de ces bestioles microscopiques qui peuvent vivre dans votre maison. Pas moins de 80 % des personnes allergiques y sont sensibles. Le poids d’un matelas moyen peut en fait doubler en 10 ans rien qu’à cause des acariens.

Ils se nourrissent des cellules mortes de la peau que nous éliminons en permanence, de sorte qu’il y aura TOUJOURS des acariens. Il n’est donc pas vraiment nécessaire de procéder à des tests spécifiques pour les détecter. Partez simplement du principe qu’ils sont vos compagnons de tous les instants.

Avant d’utiliser des bombes anti-insectes (qui ne serviront à rien), mettez en pratique ces mesures préventives pour réduire leur nombre et vous permettre de respirer un peu plus facilement.

  • Maintenez le taux d’humidité à 50 % ou moins, car les acariens aiment les endroits chauds et humides.
  • Recouvrez les matelas et les oreillers de housses bloquant les allergènes. Cela empêchera les acariens de pénétrer dans vos oreillers et matelas, ce qui vous permettra de les éliminer facilement.
  • Lavez toute votre literie à l’eau CHAUDE (140 degrés F, 60 degrés C) si possible. Si vous avez un couvre-lit ou quelque chose qui ne peut pas être lavé facilement, mettez-le au congélateur pendant une nuit.
  • Remplacez les oreillers tous les ans.
  • Passez l’aspirateur et époussetez soigneusement et souvent.

Le pollen est la source commune d’allergie

Mauvaises herbes, herbes, arbres et fleurs. Ils libèrent tous du pollen en fonction de la période de l’année et de la situation géographique. Le pollen pénètre par les fenêtres et les portes ouvertes et en se collant aux personnes et aux animaux domestiques, qui le transportent ensuite à l’intérieur.

Toute personne souffrant d’allergies sait que le pollen peut provoquer les symptômes courants connus sous le nom de rhume des foins. Si vous ressentez des symptômes au moment où tout commence à fleurir, vous saurez que le pollen est en cause. Il est un peu plus difficile de déterminer quel pollen est le coupable.

Un bon moyen de savoir à quel pollen vous êtes sensible est de consulter un allergologue pour un test cutané. Ce test consiste à exposer votre peau à 20 à 30 allergènes courants (aliments, animaux, etc.) et à mesurer la réaction cutanée.

Une fois que vous avez une réponse, vous pouvez essayer de combattre les effets avec des médicaments pendant les saisons de floraison. Passez l’aspirateur et faites la poussière régulièrement. Retirez ou évitez certaines herbes, arbres ou fleurs. Gardez les fenêtres fermées. Utilisez un séchoir à linge plutôt qu’un sèche-linge. Lavez la literie chaque semaine. Changez souvent les filtres des systèmes de climatisation.

Polluants chimiques de l’air

Les composés organiques volatils sont partout. Les COV les plus courants sont : le benzène, le formaldéhyde, le chlorure de méthylène, etc. Il s’agit de particules à base de carbone libérées dans l’air par les peintures, les nettoyants, les désinfectants, les carburants et même les vêtements nettoyés à sec. Les matériaux de construction, les moquettes et autres meubles peuvent également les libérer.

L’exposition à long terme à certains COV peut causer des dommages aux organes internes et au système nerveux. Les symptômes à court terme sont généralement les suivants : irritation des yeux, maux de tête, toux, vertiges, fatigue, éruptions cutanées, nausées, etc.

La meilleure façon de combattre leurs effets est d’assurer une ventilation adéquate de l’air frais chaque fois que vous utilisez des peintures ou d’autres substances libérant des COV. Suivez toutes les précautions indiquées sur les étiquettes. Jetez correctement les produits chimiques anciens et inutilisés. Évitez autant que possible l’exposition à toute substance chimique, et stockez-les toutes hermétiquement et loin de vos espaces de vie communs.

Le Plomb

Nous ne pensons pas souvent que le plomb est en suspension dans l’air, mais il peut l’être. Toute surface peinte avant 1978 est susceptible de contenir du plomb. Ce n’est toutefois un problème que lorsque la peinture est détériorée ou mal enlevée par grattage, ponçage ou brûlage.

L’exposition au plomb peut affecter tous les systèmes de l’organisme. Des niveaux élevés peuvent provoquer des convulsions, le coma et la mort. Des niveaux plus faibles peuvent nuire au système nerveux central, au sang et aux reins. Il peut entraîner des retards de développement chez les enfants.

Si vous avez une maison ou tout objet qui a été peint avant 1978, il est impératif de prendre des précautions pour réduire l’exposition. Il est essentiel de dépoussiérer et de laver régulièrement les sols et les surfaces, en particulier ceux avec lesquels les enfants sont en contact.

La peinture au plomb ne doit être enlevée que par des professionnels. Si vous travaillez avec des objets à base de plomb à l’extérieur de la maison, changez vos vêtements avant de rentrer dans la maison et lavez-les séparément.

Radon

C’est la deuxième cause de cancer du poumon. Ce gaz incolore et inodore est un élément hautement radioactif libéré par la décomposition de l’uranium dans le sous-sol.

Il faut généralement des années pour que les effets du radon se manifestent sous la forme d’un cancer du poumon, de sorte que les symptômes à court terme ou tout autre signe ne permettent pas de déterminer la quantité de radon présente dans votre maison. La seule solution consiste à utiliser des kits de test à court ou à long terme pour mesurer le niveau moyen de radon dans votre maison.

Polluants atmosphériques issus de la combustion

La fumée secondaire

La fumée secondaire provient de tout ce qui brûle du tabac, ainsi que de ce qu’un fumeur exhale. La fumée de tabac contient plus de 4 000 composés, dont au moins 40 sont cancérigènes. Outre le risque de cancer du poumon pour quiconque la respire, la fumée secondaire augmente le risque d’infections respiratoires, en particulier chez les nourrissons et les enfants. Pour les enfants ou les personnes souffrant d’asthme, elle peut être particulièrement nocive.

La détection est assez facile. La fumée du tabac se voit et se sent facilement. Elle s’infiltre dans les tissus, les cheveux et les meubles. Le résidu jaune peut s’accrocher aux fenêtres et aux miroirs.

La prévention est assez simple. Ne fumez pas dans votre maison et ne permettez à personne d’y fumer. Si vous vivez dans un complexe d’appartements ou dans une autre situation où la fumée d’un voisin entre dans votre maison, vous devrez trouver des moyens de colmater les fuites d’air. Investir dans un bon purificateur d’air placé près de la source d’entrée est une autre solution.

Le monoxyde de carbone

Ce gaz, à forte concentration, peut provoquer une perte de conscience ou la mort. De faibles concentrations entraînent des maux de tête, des étourdissements, des nausées, de la fatigue, une faiblesse et une confusion. Il est si dangereux parce qu’il est incolore et inodore.

Le CO est émis principalement par les appareils qui brûlent des combustibles fossiles : poêles, cheminées, chauffages au kérosène, générateurs à gaz, voitures, etc. La prévention consiste à veiller à ce que les conduits de fumée et les cheminées ne soient pas obstrués et à ne jamais faire fonctionner à l’intérieur des véhicules ou des machines fonctionnant au gaz. Cependant, certains appareils à gaz intérieurs peuvent mal fonctionner et émettre des niveaux dangereux de CO. C’est pourquoi chaque maison devrait être équipée d’un détecteur de monoxyde de carbone avec une alarme à chaque niveau de la maison. Vous devez également en installer un près de l’entrée de tout garage attenant.

Laisser un commentaire