Comment réagir en cas d’usurpation d’identité numérique ?

identité

Quelqu’un se fait passer vous sur Internet auprès de votre banque, de vos amis, etc. Cet acte peut vraiment être nuisible pour vous, vos proches et votre compte bancaire. Voici quelques pistes qui devraient vous aider à vous en sortir. 

400 000 personnes victimes d’usurpation d’identité

Plus de 400 000 internautes ont été victimes d’usurpation d’identité depuis ces dix dernières années, selon la CNIL. Cette délinquance est toujours en forte hausse et ces escrocs se font de plus en malins si l’on peut dire. Ils ont comme objectifs de vous voler de l’argent et/ou porter atteinte à votre réputation. Pour vous dérober de l’argent, ils utilisent une technique appelée phishing ou hameçonnage. Cette pratique est simple : ils se font passer pour une administration ou une entreprise afin de vous voler vos coordonnées bancaires dans le seul but de vider vos comptes. Pour porter atteinte à votre réputation, ils n’hésitent pas à créer de faux profils sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, etc. Ils volent donc une image sur votre compte de réseau social ou en inscrivant votre nom dans Google Images. Une fois que cela est fait, ils contactent d’autres internautes ou postent des commentaires diffamatoires sous votre nom. Ils n’ont donc aucun mal à se faire passer pour vous. Qu’importe la technique employée, les victimes vivent un véritable cauchemar. Pour éviter cela, il faut à chaque fois vous montrer prudent. Si vous en êtes victime, il faut porter plainte et changer vos mots de passe. Il est possible de signaler tout contenu pouvant nuire aux différentes plateformes et le compte de l’usurpateur lorsque celui-ci sera retrouvé grâce à son adresse IP. Vous pouvez contacter un avocat pour usurpation d’identité. Celui-ci mettra tout en œuvre pour faire respecter vos droits et vos libertés fondamentales. 

Les démarches à effectuer 

Les enquêtes en matière de cybercriminalité sont réalisées par différents professionnels tels que l’IRCGN, BEFTI, OCLCLTIC. Cette fraude est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende, selon l’article 226-4-1 du Code pénal. Cependant, si elle est commise par un conjoint, partenaire lié à un PACS, concubin, la sanction est plus sévère : 2 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. Alors, si quelqu’un vous a volé votre nom, prénom, surnom, identifiants électroniques, pseudonyme, adresse IP, URL d’un site dont vous avez la charge, il faut agir vite, car une fois que le pirate a vos données en main, il peut faire tout ce qu’il veut avec, ou presque. Pour restaurer votre identité en ligne, les pages web portant atteinte à votre réputation doivent être supprimées. Il faut alors répertorier toutes les pages calomnieuses et faire des captures d’écran afin d’alimenter votre dossier en preuves. Vous pouvez prendre contact avec les sites afin d’obtenir la suppression de ces pages. Quoi qu’il en soit, avec l’aide d’un avocat spécialisé dans ce domaine, vous serez accompagné de la meilleure des manières puisqu’il vous accompagnera dans toutes les démarches. 

Laisser un commentaire